Je consulte la plaquette de présentation

 

Le 11 mars 2017, Sébastien Destremau termine bon dernier du Vendée Globe quelque 50 jours après le vainqueur. Son histoire rocambolesque passionne le public et les médias. « De là-haut, je suis sûr que mon père, avec qui ce fut si difficile, me regarde … »

Parti avec 28 autres marins solitaires, Sébastien traverse une série impressionnante de difficultés. La peur, la solitude, la casse, les blessures, les larmes, une multitude d’épreuves morales et d’avaries techniques.

« Le Vendée Globe est une course sans escale, sans assistance et sans pitié… Les grands fonds me terrorisent … Qu’est-ce que je fous là ? Putain ! … » Une vie de roman à découvrir… unique, authentique et insolite

 

Ils en parlent

  • « Une vie de roman » Jean Saint-Marc, 20 Minutes
  • « Sébastien Destremau, loup de mer comme on les aime […] raconte sa course, et sa vie par la même occasion. Un hymne à la liberté. » Claire Chartier, L’Express
  • « Dans son style très direct, Sébastien Destremau s’y révèle en outre bon conteur et trouve souvent la formule qui fait mouche. » Voile Magazine
  • « C’est vraiment génial ! » Alessandra Sublet, Europe 1 
  • « Une odyssée maritime qui a permis à [Sébastien Destremau] de faire preuve de courage» Ali Rebeihi, France Inter
  • « Une vie totalement incroyable ! » Thibault le Rol, BeIN Sports
  • « […] Vraiment remarquable.[…] » Alain Marschall, Les grandes gueules – RMC
  • « On peut tous apprendre. » Marie-Anne Soubré,  Les grandes gueules – RMC